Des colonies renforcées par le commerce avec l’UE-

Les échanges économiques et commerciaux entre l’UE et Israël sont très importants. L’Europe constitue la principale destination d’exportation des produits israéliens. En 2010, l’association israélienne Who Profits estimait qu’Israël avait exporté des fruits et légumes pour une valeur totale de 2,1 milliards de dollars, dont 66% vers le marché européen. Ces échanges comprennent une part considérable de produits en provenance des colonies. Mehadrin, Arava Export Growers, Hadiklaim sont quelques-unes des plus importantes entreprises d’exportation de fruits et légumes vers l’UE actives dans les colonies. Selon le rapport « La Paix au Rabais » publié par un collectif de 22 ONG européennes en octobre 2012, l’Europe est également le principal marché d’exportation de deux entreprises manufacturières israéliennes implantées dans les colonies, Ahava (produits cosmétiques) et Sodastream (fabricant de machines à gazéifier les boissons).

Le volume exact des échanges entre l’Europe et les colonies est cependant difficile à établir, compte tenu du fait qu’Israël, qui considère que les colonies font partie de son territoire, indique l’origine de tous ses produits exportés comme étant « Made in Israel ». Ceci est très problématique car en vertu de l’accord d’association conclu entre l’UE et Israël, seuls les produits israéliens sont éligibles pour bénéficier de tarifs douaniers préférentiels. Mais dans la pratique, les contrôles de l’État d’importation n’étant pas systématiques, une part importante de produits issus des colonies bénéficie des tarifs préférentiels.

Des nombreux produits israéliens susceptibles de provenir de colonies israéliennes sont commercialisés en Belgique (fruits, légumes, vins, produits manufacturés,...). Ces produits sont systématiquement étiquetés « Made in Israel ». Mais une enquête réalisée auprès des grandes enseignes et auprès des entreprises importatrices a démontré qu’aucune n’est en mesure de certifier que ces produits ne proviennent pas des colonies. Parmi les produits manufacturés provenant des colonies, il y a par exemple les gazéificateurs SodaStream, fabriqués dans la colonie de Maale Adumim, qui sont vendus par une vingtaine d’enseignes en Belgique. Selon SodaStream, environ 400 000 familles en Belgique possèdent leurs appareils. Ceux-ci nécessitent en outre d’acheter régulièrement des recharges de gaz et des sirops, également produits à Maale Adumim.

L’étiquetage « Made in Israel » pose aussi un problème vis-à-vis du consommateur belge et européen. Il l’induit en erreur alors qu’existe une législation européenne garantissant le droit à l’information des consommateurs. En Grande-Bretagne et au Danemark, les gouvernements ont ainsi adopté des directives exigeant des distributeurs détaillants d’indiquer correctement la provenance des produits israéliens pour permettre aux consommateurs d’exercer leur droit à être dûment informés sur le produit qu’ils achètent. En Grande-Bretagne, ces directives ont poussé les supermarchés Coop à exclure les produits des colonies de leurs étalages.