Préjudices pour l’économie palestinienne

L’accaparement par les colonies des activités économiques dans la « zone C », qui représente 61% de la Cisjordanie, constitue la cause principale des difficultés de l’économie palestinienne. Les terres palestiniennes colonisées concentrent la majeure partie des terres cultivables, des réserves en eau et autres ressources naturelles. L’impossibilité pour la Palestine d’y déployer des activités économiques entraîne, selon la Banque mondiale, un manque à gagner d’environ 3,4 milliards de dollars, soit 85% du PIB palestinien. Alors que les exportations représentaient plus de la moitié du PIB palestinien dans les années 1980, elles sont aujourd’hui tombées en dessous des 15%.

Un grand nombre de Palestiniens n’a donc guère d’autres solutions que de trouver un emploi dans les colonies qui sont justement à l’origine de leur manque de perspective au sein de la société palestinienne. En 2012, 22 955 permis de travail ont été délivrés dans les colonies principalement dans les secteurs de la construction, de l’agriculture et de l’industrie. Selon une enquête menée en 2013 par l’Arab World for Research and Development (AWRAD) auprès des travailleurs palestiniens dans les colonies, il ressort que :

65% des personnes interrogées sont exposées à des substances toxiques qui ont un impact sur leur santé ;
seuls 11% ont une sécurité d’emploi ;
77% sont recrutés sur base journalière ;
50% n’ont pas d’assurance santé ;
les Palestiniens travaillent dans les colonies pour un salaire moyen de 2 à 4,8 dollars de l’heure, alors que le salaire minimum en Israël est de 6 dollars de l’heure.